Quand vient le temps de choisir un entrepreneur en construction, la meilleure référence est souvent le bouche à oreille. Mais il faut aussi vérifier :

  • La validité de la licence de l’entrepreneur auprès de la Régie du bâtiment du Québec (RBQ)Vérifier son entrepreneur
    Un appel à la Régie (1 800 361-0761) pourra vous renseigner minimalement sur la qualité du dossier de l’entrepreneur.
    Le site web de la RBQ fournit quant à lui les informations de base seulement.
  • Le numéro d’entreprise du Québec (NEQ)
    Il peut être très intéressant de comparer l’âge de l’entreprise avec la durée des garanties offertes par cette dernière…
  • Le dossier de l’entrepreneur auprès de l’Office de la protection du consommateur (OPC)
    À noter qu’un entrepreneur qui conclut un contrat au domicile du client doit obligatoirement être inscrit auprès de l’OPC en tant que vendeur itinérant.
    Le contrat devrait aussi comporter l’énoncé des droits de résolution du consommateur, ainsi que le formulaire de résolution.
    www.opc.gouv.qc.ca (1 888 672-2556)
     
  • La validité de l’assurance responsabilité de l’entreprise
    En 2015, la couverture minimale chez la plupart des assureurs est de 2 millions. L’entrepreneur devrait être en mesure de vous fournir soit une preuve d’assurance ou le numéro de police avec le nom de l’assureur. Pour l'application de membrane élastomère, il faut s’assurer que les travaux avec flamme sont couverts.
     

Lors de l’inspection préalable de votre toiture, il est conseillé d’obtenir une soumission d’au moins 3 entrepreneurs. Mieux vaut aussi ne pas les rencontrer en même temps pour ne pas tenter la collusion entre ces derniers…

 

Le contrat:
 

  • Le contrat devra être le plus détaillé possible et comprendre des éléments comme l’enlèvement et la disposition du revêtement de la toiture existante, le choix des matériaux et les garanties offertes.
     
  • On devrait également y retrouver les modalités de paiement, les frais connexes (suppléments pour travaux imprévus), ainsi que l’énoncé des droits de résolution du consommateur (Loi sur la protection du consommateur, article 58) et le formulaire de résolution.
     
  • Une soumission ne contenant que la description des travaux et qui tient lieu de contrat laisse une porte ouverte à beaucoup de malentendus potentiels.